Interférences

Je voudrais tout raconter d’une traite, malgré le chagrin qui m’accable. Je ne peux contenir en moi pareil secret.
 Ainsi, j’entame mon récit d’une main tremblante, garante de gestes mal-assurés. Le temps presse, mais les histoires manuscrites ont pour moi une solennité incomparable. La puissance des mots, passant de la vue à l’esprit du lecteur, a le pouvoir de le saisir tout entier. Cependant, à chaque assaut de la mine sur la page immaculée, le résultat est plus proche de la sismographie que du brûlot que j’ai en tête. Pourtant, mon message est d’une importance capitale. Il doit préserver l’authenticité et la force d’une transcription brute, sans brouillons ni fioritures. Tel Kerouac, seule une prose spontanée, crachée sans filtre sur le frêle papier saura véhiculer les émotions qui me traversent.

J’agrippe alors une vieille machine à écrire. Une Remington que je conserve pour quelques séances d’écritures singulières ; lorsque je me prends pour Hemingway, attendant l’inspiration derrière des vapeurs d’alcool et de tabac vanillé. Dès lors débute un concerto de touches enfoncées et de retour chariot tintant sous mes doigts crispés. Seulement, à la lecture de ce jet d’encre ininterrompu, voilà que mon rimmel vient se poser çà et là sur mes paragraphes incendiaires. Mes notes se troublent puis se noient sous diverses bulles humides. Mes sentiments, sitôt traduits en lettres, se mélangent dans le sillage de mes pleurs pour devenir un fleuve informe alimenté par des impacts de gouttes disparates.

J’abdique et me décide à allumer l’ordinateur. À l’instar de Beigbeder, j’utiliserai donc un outil contemporain pour mieux le décrier. À la vue de cet écran bleuâtre, terne et froid, puis du clignotement incessant de la barre verticale ; impatiente que je noircisse ce simulacre numérique de feuille, je ne peux démarrer. Un environnement fait de corrections automatiques et de suggestions de phrases ne peut accueillir mon propos. J’abandonne l’idée de rédiger ma missive par le truchement de l’informatique.

Je n’ai d’autre choix que de m’entretenir directement avec mon interlocuteur. Bien que j’aurais aimé user de ma plume, car je la crois mieux disposée à délivrer les mots qui encombrent ma bouche, je vais devoir modeler tant bien que mal le ressenti de mon cœur en paroles fluides et percutantes. J’empoigne mon téléphone tel n’importe quel enfant de ce siècle. Je lance l’appel non sans craindre de perdre mes moyens au moment d’enclencher mon discours :

  • “ Allo ?
  •  …Euh..Ou.Oui c’est moi.
  • Ça va ? Tu m’as l’air complètement perturbé.
  • C’est que j’ai oublié d’acheter du pain et il est bientôt 18 heures, tu peux en prendre au passage ? ”

 

 

L.P

Spore : jeu de jambes

Depuis notre naissance, elle n’a eu de cesse de me défier. Elle voulait toujours me dépasser, me précéder dans la vie.On la trouvait plus adroite, plus longiligne et moi, j’étais son pendant un peu gauche.

Régulièrement, nous nous lancions dans des courses absurdes. Cela débutait par une simple marche. Elle faisait un pas, j’en faisais un plus grand, et ce, jusqu’à gambader comme des dératées. Cette fois-là, je fis une entorse à mon code d’honneur en lui assénant un croche-pied sournois.

Nous voilà toutes deux dans le plâtre, à égalité. Elle boude, mais ça me fait une belle jambe !

L.P
https://tavernedesspores.fr

poeme matin café voyage

Périple ordinaire

Je me lève avant toi et revêts mon armure de coton.
Je souhaite m’aventurer le premier dans cette journée inédite.
M’élancer dans ce périple anodin pour en tâter les risques, en jauger l’augure.
Ainsi, je me glisse dans le réel et te laisse à l’onirisme.
Tel un espion routinier, je guette l’ordinaire.
J’épie les alentours, scrute leurs moindres recoins,
M’assurant d’éloigner toute forme de danger.
Je balaye consciencieusement les idées noires,
Époussette les futilités pour concevoir une atmosphère paisible.
Mon travail accompli, je viens te faire mon rapport :
Une succession de gestes affectueux,
Une myriade de caresses sur tes épaules assoupies,
Jusqu’au déluge de baisers sur ton être en éveil.
Alors que la cafetière siffle sur le feu son désir de nous propulser dans la vie,
Nous nous prélassons dans un répit qui pourrait être éternel.

L.P

poésie vent sud-ouest océan

Naissance des vents

Un battement de cils sur les hauteurs de Bidart,
L’ondulation d’une chevelure au port de Guéthary,
Une mouette qui s’élance vers le rivage atlantique;
Font naître une brise timide qui avance à tâtons.
Cherchant de quoi nourrir son départ impromptu,
Peu à peu elle se gorge de souffles errants.
Ralliant à sa cause des courants d’air isolés,
Des vents solitaires, des rafales, des bourrasques;
Bientôt la petite brise aura droit à un nom.
En attendant elle se faufile à travers les reliefs,
De plus en plus à son aise dans ce paysage côtier.
Elle pénètre les logis, leurs scènes de vie intime,
S’immisce dans les villages aux bâtisses rouge vif;
Guindées de colombages et bardées de piments secs.
Mais, glisser sur des corps à moitié dénudés,
Chasser sur leur peau des perles d’eau iodée,
Faire frissonner tous ces vacanciers ne suffit plus.
Amollir les vagues fut exaltant un temps,
Désormais la petite brise est devenue grand vent.
Capable de chahuter les bancs de sable,
De transformer la houle en allier féroce,
Venant se briser sur les digues impuissantes.
Bipolaires, contraires, changeantes voir schizophrènes,
Ses trajectoires sont de plus en plus imprévisibles.
En sage régisseur de l’ordre terrestre,
Le soleil couchant offre un point de repère.
Attiré par ses teintes imbibant l’horizon,
Le vent se lance à sa poursuite dans une course éternelle.

L.P

takashi murakami

[Article Invité] Takashi Murakami et le Rap

L’artiste Nippon fait énormément parler de lui depuis quelques années, notamment grâce à ses différentes collaborations.
De Perrier à Louis Vuitton en passant par Google, Takashi Murakami sait se réinventer et offrir une vision de son monde, situé entre la pop culture et la tradition japonaise, à des publics différents. Très intéressé par la sphère hip-hop, il a comparé ce mouvement à l’art contemporain lors d’une interview. Les deux mouvements étaient effectivement fortement critiqués lors de leur apparition et n’intéressaient que le monde urbain. Depuis, ces deux arts ont fait leur trou. Ils ont acquis une visibilité et une reconnaissance internationales.
Ce papier fera office de memento pour rappeler les trois feats les plus importants de Takashi avec la planète rap et sa périphérie.

« I see dead people » : Entre 6ème sens et voyage expérientiel

Dernièrement, il a bûché main dans la main avec le rappeur (qui se rapproche plus d’un couteau suisse) de Chicago Kanye West et notre dépressif favori, Kid Cudi. Début juin 2018 sortait leur chef d’œuvre, à mon humble avis, Kids See Ghosts. Ce dernier, composé de 7 titres, est habillé par un magnifique dessin aquarellé que l’artiste lui-même a repris de sa collection. Manji Fuji (23.88 x 31.75 cm.- 2001) sur la gauche, tient ses traits du Nihonga qui est un mouvement de peinture traditionnelle japonaise.

Les deux œuvres présentent donc de nombreuses similitudes telles que la toile de fond du Mont Fuji (bien sûr inspiré par Trente-six vues du Mont Fuji du grand Hokusai), les arbres courbés mais également les caractères « ovales », signature de l’artiste. Sur la cover, ceux-ci sont néanmoins placés plus sur la gauche en plus d’être minimisés. Autre différence, qui n’est pas des moindres, les caractères Kanji se retrouvent inversés et peuvent se traduire par « Chaos ». Le choix des couleurs aux nuances psychédéliques et l’ajout des personnages fantomatiques ne sont pas anodins et peuvent symboliser le voyage expérientiel de l’auditeur qui navigue entre 4th Dimension et Ghost Town.

Mais ce n’est pas fini ! En effet, quelques temps après la sortie de ce projet, Kid Cudi et Kanye West ont annoncé la sortie d’un dessin animé reprenant le fameux Kanye Bear dont on ne parle plus et un renard qui n’est autre que Scott Mescudi. Mêlant références à la culture japonaise ainsi qu’au monde des comics américain, le tout rythmé par des scènes hilarantes, nous sommes impatients de découvrir cette série animée réalisée en CGI par Takashi. (suite…)

nouvelle hiroshima nagasaki

Nouvelle : Cent coups de tonnerre

I.

Depuis la terrible explosion survenue tôt le matin, seul le cri des cigales parvenait à percer le lourd silence qui enveloppait l’amas de tentes disposées en quinconce.
Sur une colline trônant aux abords de la ville, 20 000 gamins attendaient là que les choses aillent mieux. Que les grands hommes arrêtent de jouer avec le feu, arrêtent de se chamailler. Leur enfance s’évaporait un peu plus chaque jour. Les visages se durcissaient à mesure qu’ils comprenaient la situation. Les journées consistaient à lutter contre la chaleur et la pénurie de nourriture. Certains erraient hagards, suçant des cailloux pour tenter vainement de tromper la faim. Mais le soir, lorsque les cigales stoppaient leurs frictions, s’en suivait un concert de sanglots à travers le camp. Les bambins ne pouvaient retenir leurs larmes et alimentaient un requiem des plus déchirants. 

La puissance du soleil se faisait de moins en moins intense, il entamait sa chute en teintant le ciel d’un nuancier orangé. Sa descente à l’horizon était poussive, telle une lente agonie. On pouvait presque entendre un râle émaner des derniers rayons rasant les cultures en terrasses qui s’étendaient dans la préfecture. On ne distinguait bientôt plus qu’une petite sphère difforme, un jaune d’œuf prêt à rompre sa pellicule pour déverser une lave tiède sur la vallée.

Un vieillard et une jeune femme observaient la scène alors que les dernières onces de lumières quittaient le paysage pour rejoindre le soleil et sa couche. Symbole d’espoir et de renouveau, aura-t-il la force d’éclairer une nouvelle fois l’ignominie humaine ?

– Il paraît que c’est sur notre péninsule qu’il apparaît le premier chaque matin.
– J’ai bien peur qu’il ne se lève plus jamais.
– Ne dîtes pas cela Hito-San, nous nous devons de rester forts, pour les enfants, pour la patrie !
– Nous ne méritons ni sa lumière salvatrice, ni sa chaleur réconfortante. Après les évènements effroyables de cette semaine, il a toutes les raisons de nous plonger dans les ténèbres. Dans une sombre torpeur permanente.
– Mais, nous sommes à deux doigts de gagner la guerre. Mon fiancé se bat en ce moment même pour notre liberté !
– J’en doute fort et quand bien même, toute l’humanité a perdu. Le soleil est mort. Mort de honte et d’effroi. Et le plus triste, c’est que la haine et l’obscurité nous vont si bien.

Les deux adultes se turent alors que le ciel déployait une nuit horriblement sombre. La noirceur s’étendait et engloutissait chaque parcelle de terre, empoignant les cœurs déjà bien malmenés et prenant ses aises comme si elle s’installait pour une durée indéterminée. À deux pas de là, une fillette blottie contre un arbre avait perçu quelques bribes de la conversation. Elle se rendait chaque fin d’après-midi aux abords du camp, à l’endroit où la vue était la plus dégagée. Elle guettait le retour illusoire de ses deux parents. (suite…)

pension amour nouvelle bukowski

Nouvelle à la Bukowski – Pension de l’amour

26 jours de mer putain. Un bail que j’avais plus enquillé de la sorte. Pas loin d’un mois dans ce rafiot pourri. On se demande comment il flotte encore le bordel. J’ai l’impression d’être devenu un de ces poiscailles difformes qui planquent leurs sales gueules préhistoriques sous les rochers. Du poisson à remonter tous les jours. Du ragoût de poisson à becter tous les jours. Plus de goût dans la bouche, plus d’odorat. La face tellement bouffée par le sel et le soleil qu’on dirait un chêne centenaire.

Ces cons-là savent y faire. Ils nous filent la moitié du salaire au moment de l’escale. Tout le monde sait bien qu’on va se précipiter dans le premier bar à putes de la jetée. 26 jours à boire de la vinasse tiède et à se branler sur une photo de soubrette qu’un des gars a eu le chic de faire tourner.
Je m’imagine enchaîner les verres de ginja devant des croupes portugaises. Le bateau pénètre l’embouchure du Tage. On est intenables. La soirée s’annonce salace et je sens déjà mes bourses se vider. Je me lèverai le lendemain, fauché, mais soulagé. Obligé de reprendre le large et cette satanée besogne pour gagner ma croûte.

L’océan agité aspire les âmes. Il nous dépouille du peu d’humanité présente dans nos cœurs vagabonds. Nous laisse à la merci de nos besoins primaires.

Merde, voilà que je cause comme un philosophe.

Les gars s’enfilent des rasades sur le quai de débarquement quand je débarque à mon tour. (suite…)

Blog écriture nouvelle trompettiste

Nouvelle : Le trompettiste

I

Nicolas avance d’un pas mal-assuré sur le faux plat qui mène au lycée. Une route quotidienne aux allures de Mythe de Sisyphe dérisoire. La pierre à porter étant remplacée par le poids d’une timidité maladive. C’est le milieu de l’automne, Nico évite soigneusement les tas de feuilles qui n’ont pas encore été engloutis par les pelles des agents du comté de San Francisco. Il craint d’y rencontrer une déjection canine et par-dessus tout d’être surpris dans cette situation peu avantageuse. De là vient une haine des chiens. La résultante en réalité d’une peur de ces êtres trop énergiques et imprévisibles. Ils ne manquent jamais de le faire sursauter lorsque, perdu dans ses pensées, un cri orphelin l’arrache de son état lunaire. Le souffle haletant il découvre alors une bête au regard vide, aboyant sans raison derrière un portail quelconque.

Le trajet vers l’enseignement soporifique apparaît à la fois long et court. Poussif par sa monotonie, mais trop bref, car il symbolise les derniers instants de répit avant les interactions imposées par d’autres humains. Chaque avancée alimente l’appréhension et fait grossir la boule, le rocher qui pèse sur son estomac.

Nicolas est un grand échalas, légèrement biscornu, mais au potentiel de séduction certain. L’adolescence ne l’a pas épargné, le plongeant très vite dans un mutisme féroce accompagné d’une incompréhension des relations humaines. Il compte tout de même quelques amis d’enfance et surtout, son professeur de musique, véritable idole du jeune homme.

Malgré un talent indéniable et terriblement précoce, personne ne l’a jamais entendu sortir un son de sa trompette excepté M.Garett. Derrière des cheveux mi-longs et grisonnants qu’il discipline tant bien que mal se cache un enseignant passionné. Un de ces rares professeurs qui se donne à chaque cours. Il pourrait transmettre le goût de la cadence à n’importe quel péquenaud. La musique coule dans le moindre de ses vaisseaux ; de sa chevelure luisante d’un mélange de pento et de gras jusqu’à son âme teintée de jazz. Son visage est quelque peu marqué. M.Garett approche de la cinquantaine et n’a pas toujours été un professeur rigoureux et attentionné. Une vie de jazz-clubs, de tournées et l’ingestion régulière de diverses substances n’ont pas épargné sa gueule jadis harmonieuse. Une vie de débauche, difficilement évitable lorsqu’on est un bon jazzeux et qu’on côtoie la crème de cet art parfois sombre. Néanmoins, ce passé tourmenté lui confère une sorte de légitimité. (suite…)

blog littérature nouvelle

Le chanteur des îles berlengas

  • Joao ?
  • Quoi ?
  • Cela fait combien de temps que l’on stagne sur ce lopin de terre ?
  • Tu fais chier Alvaro.

Joao et Alvaro n’étaient pas de mauvais bougres. Il est vrai que 25 années à répéter les mêmes gestes les avaient rendus quelque peu aigris.

  • Non, mais tu dois avouer que les journées sont ennuyeuses. Le travail n’est pas trop harassant, si ce n’est ce maudit soleil, mais notre appétence pour la boisson et notre complaisance dans l’immobilisme nous fait mourir à petit feu.
  • Et allez c’est reparti, monsieur se croît grand penseur et nous ressort ses discours à la mords-moi-le-nœud. Apporte-moi les cordages veux-tu, on a un nouvel arrivage.

Alvaro s’éloigna du quai en direction d’un cabanon aux couleurs brûlées par la chaleur.
La peinture pullulait en un amoncellement de cloques disparates. Sa démarche de long vieillard dépenaillé, malgré une vigueur certaine, rendait ses actions laborieuses, hors du temps. Il faisait partie de ces âmes sans âge. Difficile de dire si l’alcool avait creusé ses traits prématurément ou si le grand air couplé à un travail physique avait retardé l’effet des années. Il oscillait entre 40 et 60 ans, tout dépendait de l’heure qu’il était.
Un pantalon qui bâille, des sandales en cuir de vache élimées et un marcel peuplé de tâches intrigantes cachaient tant bien que mal une bedaine généreuse. Elle semblait avoir été façonnée et entretenue avec soin au fil des ans.

  • Moi quand j’étais enfant, je m’imaginais braver les flots à la recherche de terres vierges ; voguer par-delà l’horizon pour défier les tribus anthropophages, renchérit Alvaro de retour du cabanon.
  • Nom de dieu, t’as trop pris le soleil sur ta sale cabèche ma parole ! répliqua Joao un brin agacé.
  • C’est juste, vois-tu, qu’accueillir des troupeaux uniformes, tous plus blancs et grassouillets que ceux de la veille, les voir paître et cuire leurs teintes blafardes sur notre îlot, j’en ai assez.
  • Et c’est quoi le plan alors ? Piquer le rafiot de Soares au prochain débarquement de bestiaux et mettre le cap sur les Amériques, tels deux corsaires à bord d’une nef majestueuse ? Ou mieux ! Recruter une demi-douzaine de rameurs bien bâtis, entasser du pain, des viandes, et du vin aux sombres feux puis festoyer comme au temps d’Homère en implorant la bonne grâce des dieux ?
  • Ce serait notre Odyssée à nous, rétorqua Alvaro.
  • Mais te connaissant, j’ai peur qu’à peine arrivé en terre exotique tu ne t’acoquines avec la première indigène qui passera la croupe au vent, et que tu ne finisses en méchoui dans une de ces célébrations cannibales.
  • Et bien tu vois Joao ! Quand tu veux toi aussi tu fais preuve d’imagination pour nous gratifier de douces aventures.

(suite…)