poésie poème amnésie blog littéraire

Poème : Amnésie

J’ai des souvenirs si lointains,
J’ignore s’ils sont miens ;
Comme étranger dans ce corps,
Passager clandestin de ce décor.

L’amnésie se déclare à l’aurore.
Des bribes de pensées s’évaporent,
Telle la rosée fébrile du printemps,
Impuissante face aux rayons ardents.

J’ai beau défier les rouages du temps,
Son sempiternel recommencement,
Ma singularité meurt chaque matin.
Je retrouve dès lors la fougue d’un bambin.

Il se peut que mon combat soit vain,
Qu’il faille renoncer à tout autre dessein ;
Laisser s’installer une forme de torpeur,
Embrasser les résurgences de la candeur.

L’ambition n’a fait que noircir nos cœurs,
Souillant peu à peu l’âme des créateurs.
Une fois nos corps au bord de l’agonie,
Voilà que notre vision s’éclaircit.

Je me lève chaque jour, hébété d’être en vie,
Puis le soir je me couche, sage et instruit.
J’ai trouvé le chemin qui mène vers la gloire,
L’essentiel pour moi est de ne pas le savoir.

Léon Plagnol

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s