Les nonnes

Six vieilles nonnes étranges
Aux mâchoires longues et sordides,
Valsent au milieu d’une grange
Au toit fort, large et solide.

Sur ce plafond frappe l’averse,
Qui sonne le glas des légèretés.
Les secousses n’étoufferont pas leur hardiesse
Et les dévotes danseront pour l’éternité.

F.L., Quart d’heure cynique

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s