Douces feuilles mortes

les-feuilles-mortes-remedios-varo

Tout commence par un poème de Prévert, doublé d’un air de Kosma. Puis les plus précieux talents de la chanson française (Montand, Piaf, Greco et Gainsbourg) l’on repris, embelli et l’on singulièrement décoré. Et enfin, ce poème de regret et son air amer sont devenus un standard du jazz.

Voici quelques remarquables versions, intemporelles, de la plus apaisée au plus animée :

Yves Montand :

U17n5OY
Nat King Cole :


Barney Kessel :


« Cannonball » Adderley & Miles Davis :


Chet Baker & Paul Desmond :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s