Georges-Perec-oulipo

Prenons les sujets

Je tue. Il hèle. On noue. Vous zélez l’île.

Je joue jamais jusqu’à jouir
Jubile, jacte, jamais j’abdiquerai
J’attends juste, jusqu’au jour J

Tu tiens tête, tu te tues tant
Ta traîtrise tellement triste ternit toute timidité
Témoin taciturne, tu traces ton trépas

Il insinue ipso facto, ignorance, impuissance
Issue irréversible, inondation irrémédiable
Instinctive isolation insoutenable

Elle émet étourdissement et étonnement
Enlisée en énonçant éhontément
Élucubrations et énièmes explications

On omet outrageusement, on oublie obstinément
Ombres obnubilées outrepassant opprobre ou obédience
Ô outrecuidants oniriques, on ose opiner

Nous narrerons nos nombreuses noyades
Naufragés nocturnes, navigateurs nombrilistes
Notre nébuleuse nous narguera naturellement

Vous visualisez vaguement votre vécu
Vaine vengeance vacillante voire volatile
Verve véhémente véhiculant vos vétustes vingtaines

L.P

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s