Sonnet-poeme-matin

Le matin

Blanche est la nuit, lourd est le jour
Je ne trouve de repos que dans tes bras de velours
De cette prison de plume, je veux être bagnard
Travaillant de force, près de toi chaque soir

Blanche est la nuit, lourd est le jour
Je voudrais demeurer en ces bras pour toujours
Qu’ils m’enlacent jusqu’à ne former qu’un seul être
Loin des maux que le sort s’évertue à commettre

Blanche est la nuit, lourd est le jour
Voici déjà la fin de mon céleste séjour
Le soleil éclaire de son regard naissant

Et vient submerger la couche des jeunes amants
Cette féroce clarté annonce le temps des adieux
Oh ! Phoebus, garde donc tes reflets victorieux

François Lillart

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s